Natalie Portman, Michael Fassbender, Rooney Mara, Ryan Gosling

Song to Song

Terrence Malick 2017

 

* * * * * * *

 

"Aucun film de Malick ne donnait à ce point un vertige troublant du réel saisi dans une perspective physique inédite. Corps abîmés, rockers ivres, errants ou violents, tatouages obsédants ou inquiétants, maisons délabrées, tout ce qui existe doit être source de contemplation.

La forme humaine est éloquente, à méditer, occasion de fulgurantes sensations de beauté. "L'Amour se trouve dans la forme humaine, divine", médite ainsi l'héroïne Faye (Rooney Mara), citant des vers de William Blake." (...)

"Voyageuse, éprise, inlassable, la caméra célèbre et révère les courbes des hanches, du bassin, le bas-ventre féminin, comme le Cantique des Cantiques (Song of Songs)". (...)

"La figure du jump cut et de l'association (segments discontinus d'une même scène ou émotion, lien flottant entre les plans) s'accomplit dans cette exploration de l'intermittence au sens proustien - l'examen microscopique des envies, des pulsions, des moments, des éclats et des éclipses des sentiments dont le regard plus vaste ne voit que les trajectoires". (...)

Pierre Berthomieu  :  Song to Song  J'ignorais que j'avais une âme  / POSITIF Revue de cinéma, juin 2017

 

 

CINEMATRAQUE : "Le plus beau long métrage de l’été, et peut-être de l’année, il est là : SONG TO SONG" (...)
"Ce sont les épaules tombantes du mélancolique Ryan Gosling, les mains fortes et menaçantes de Fassbender, le ventre plat et fragile de Rooney Mara, et les jambes de Natalie Portman, les vraies stars du film. Cette dernière est d’ailleurs le clou du spectacle. Si j’en crois vos réactions jusque là, vous n’avez d’yeux que pour Rooney Mara, et je comprends, mais tout de même, un peu de sérieux quoi: Natalie Portman les gars! Pour elle seule, le film vaut la peine d’être vu. Elle apparaît en plein milieu de l’œuvre, avec une simplicité et une mise en scène qui transmet immédiatement la douceur et la tristesse de son rôle sans qu’il soit dénaturé par la persona de l’actrice-star. Fassbender est là, assis dans un diner et étouffant l’espace. Soudain surgit Natalie Portman, tenue rose et tablier de serveuse, les cheveux blond… trop pure, trop fragile, pour voir la tragédie qui l’attend entre les griffes de cet homme. Elle brille d’une tristesse infinie. Se permettre un si grand tour de force avec un monument tel que Natalie Portman en plein milieu du film, je marche sur des œufs là, mais je suis à peu près sûr de moi : seul Malick en est capable" (...)
"Cela peut sembler banal, mais quand Natalie Portman nous fixe profondément, le visage entier parcouru de peur, ça ne l’est plus du tout." (...)

 

 

"SONG TO SONG. ...an associative freedom that makes almost all other movies look, by comparison, like the stodgiest vestiges of filmed theatre. (...) Within the shifting romantic triangle of “Song to Song,” Terrence Malick develops an overwhelming, rapturous variety of visual experience". "Malick makes art—his art—the subject of the film.... This seventy-three-year-old filmmaker looks to the heart of his own inspiration, his own impulses, and creates a cinema that, with the creative command of his own life experience, feels more exuberantly youthful than that of most Sundance phenoms."

Richard Brody / The New Yorker

 

 

Télérama: "Terrence Malick signe une mise en scène éblouissante, servie par un casting d'exception. “Song to song” : du grand Terrence Malick, entre inquiétude morale et exaltation des sens" - "On aime beaucoup". "la troupe réunie par le cinéaste frôle la perfection : Michael Fassbender, Ryan Gosling, Natalie Portman et Rooney Mara (...). Ces acteurs, à la fois sensuels et cérébraux, apportent (...) du trouble, de l'émotion, du vertige. (...) La question qui taraude l'héroïne jouée par Rooney Mara est celle de son identité, de son âme, au-delà du morcellement de sa vie. Sur ce terrain de la dissolution de l'être, la mise en scène de Malick atteint des sommets, à la fois hyper fluide (par la mobilité de la caméra) et ultra fragmentée (par le découpage). (...) Laboratoire de cinéma, où la fiction prolifère sans limites (...)"

 

 

Les Echos : « Song to Song » : la magie Malick retrouvée "Malick n’a rien cédé sur ses partis pris formels exigeants : cadrages décalés, dialogues minimaux sur lesquels viennent se poser des voix off, effets de caméra, longs plans ésotériques, bande-son sophistiquée. Mais, cette fois, il réussit à nous embarquer dans son histoire. Même si le film semble perpétuellement en apesanteur, le scénario progresse, qui glisse de façon inéluctable vers l’abîme. « Song to Song » nous saisit d’emblée dans ses filets cotonneux pour nous laisser exsangues 2 h 8 plus tard."

 

 

Le JDD : "Un voyage sensoriel qui alterne des purs moments de grâce avec des commentaires d'une lucidité implacable ; une narration déstructurée qui permet au spectateur d'appréhender l'histoire avec sa propre subjectivité ; une attention à chaque détail de la nature pour mieux en célébrer la majesté. Chaque plan fascine par sa beauté."

 

 

***** "Terrence Malick’s dazzling romance is a film that will be talked about for decades to come." "Haters be damned – this is one of the year’s best." "There is nothing in cinema that currently compares to the radical five-film symphonic suite made by Terrence Malick between 2011’s The Tree of Life and 2017’s Song to Song. Not Marvel. Not Fast and the Furious. Not Saw. Not anything. Sure, these films aren’t for all tastes, and they’re not at all meant to be. And they do require the viewer to put conventional critical faculties on stand-by, like you would close your eyes and mouth and hold your nose as a giant wave crashed over your head. They are euphoric, active experiences that demand a small adjustment of perspective." - David Jenkins, Little White Lies

 

 

Terrence Malick signe une mise en scène éblouissante, servie par un casting d'exception. “Song to song” : du grand Terrence Malick, entre inquiétude morale et exaltation des sens - TELERAMA
CINEMATRAQUE : "Le plus beau long métrage de l’été, et peut-être de l’année, il est là : #SongToSong "
Natalie Portman - SONG TO SONG - Terrence MALICK
Natalie Portman - SONG TO SONG - Terrence MALICK / Terrence Malick’s dazzling romance is a film that will be talked about for decades to come.
Au fait Song to Song c'est le genre de film au dessus de tout. Une expérience sensitive incroyable. Malick fait ce qu'il veut et c'est ouf / VU SUR TWITTER : Inside Wants Øut‏ @Souad_Ala
POSITIF - Revue de Cinéma - Numéro 676, juin 2017 - Couverture : Natalie Portman - SONG TO SONG - Terrence MALICK
POSITIF - Revue de Cinéma - Numéro 676, juin 2017 - SONG TO SONG - Terrence MALICK
Cette semaine, la nouveauté en salles qui a les faveurs de la communauté Télérama-Vodkaster est Song to Song, de Terrence Malick
Natalie Portman, Rooney Mara, Ryan Gosling, Michael Fassbender - SONG TO SONG - Terrence MALICK
Rooney Mara - SONG TO SONG - Terrence MALICK
Rooney Mara - SONG TO SONG - Terrence MALICK
Natalie Portman - SONG TO SONG - Terrence MALICK
Natalie Portman - SONG TO SONG - Terrence MALICK
Natalie Portman - SONG TO SONG - Terrence MALICK
Natalie Portman - SONG TO SONG - Terrence MALICK
Natalie Portman, Michael Fassbender - SONG TO SONG - Terrence MALICK
Natalie Portman, Rooney Mara, Ryan Gosling, Michael Fassbender - SONG TO SONG - Terrence MALICK
Natalie Portman - SONG TO SONG - Terrence MALICK
Michael Fassbender - SONG TO SONG - Terrence MALICK
Rooney Mara - SONG TO SONG - Terrence MALICK
Ryan Gosling - SONG TO SONG - Terrence MALICK
Natalie Portman, Rooney Mara, Ryan Gosling, Michael Fassbender - SONG TO SONG - Terrence MALICK
Rooney Mara - SONG TO SONG - Terrence MALICK
Natalie Portman, Rooney Mara, Ryan Gosling, Michael Fassbender - SONG TO SONG - Terrence MALICK
Natalie Portman - SONG TO SONG - Terrence MALICK

 

Song to Song

Au cinéma le 12 juillet | Terrence MALICK

Natalie Portman / Rooney Mara / Ryan Gosling / Michael Fassbender

 

* * * *

 

 

KNIGHT OF CUPS - Terrence MALICK

 

Knight of Cups

 

* * * *

 

'Knight of Cups' improves on repeated viewings

Sight&Sound

SIGNS AND WONDERS

"Some critics have been eager to dismiss ‘Knight of Cups’ and the other late works of Terrence Malick for their lofy spiritual ambition and increasing stylisation, but repeat viewings offer rich rewards, helping to peel back the layers beneath the opaque narratives and fractured sense of time"

"These movies have been too readily and, sometimes, gleefully dismissed.

'Knight of Cups' improves on repeated viewings, which allow for a better acquaintance with the emotional dilemmas of its characters; 'To the Wonder', some longueurs and repetitions aside, is a rich, layered, moving experience".

By Kent Jones, Sight&Sound, The International Film Magazine (Revue de cinéma du British Film Institute)

 

 

KNIGHT OF CUPS - Terrence MALICK

 

KNIGHT OF CUPS - Terrence MALICK

 

KNIGHT OF CUPS - Terrence MALICK

 

KNIGHT OF CUPS - Terrence MALICK

 

Sauvez des eaux Natalie Portman ! / Song to Song (Malick) / A tale of Love and Darkness (Natalie Portman director)

Photo : Song to Song (Terrence Malick) / A Tale of Love and Darkness (Natalie Portman director)

"Pour Cook (Michael Fassbender), la relation entre BV (Ryan Gosling) et Faye (Rooney Mara) repose sur une affection réelle et profonde, ce qui le rend jaloux et rancunier. Il veut ce qu’ils ont. Alors il fait entrer dans la danse quelqu’un qui a besoin de lui : Rhonda (Natalie Portman). Et il en tombe amoureux. Mais il ne voit pas les conséquences qu’ont ses actes sur les autres et il finit par blesser la seule personne à laquelle il tienne vraiment."

- Sarah Green, productrice de Song to Song

 

films7 | films actors directors